Les conseils vétérinaires les produits en +

Mal des transports

Le mal des transports chez l’animal est l’ensemble des réactions anormales émises par l’animal lors du transport qui font état d’une intolérance à un mode de déplacement en particulier (véhicule qui roule, bateau…)

Les signes observés sont généralement des bâillements, puis par des gémissements, des tremblements, de l’agitation, des agressionsdes vocalisations qui varient en fonction de l’espèce ou même de la race (le Saint Hubert n’a pas le même organe vocal que le Persan, un Pur-sang ou un rongeur), des vomissements (sauf chez certaines espèces comme le cheval qui ne vomissent pas), des épisodes de diarrhée, une hyper salivation ou de la malpropreté urinaire.

La cause du mal des transports :

C’est notamment l’oreille interne qui est responsable de l’ajustement de l’équilibre du corps vis-à-vis de ce qui l’entoure. Elle renseigne ainsi le cerveau sur les positions et les mouvements du corps. Mais c’est plus précisément l’appareil vestibulaire, par un jeu de liquides et un « labyrinthe » membranaire osseux qui transmet les informations lors des déplacements. Chez les poissons, qui peuvent également être perturbés lors d’un transport, ce sont les otolithes (littéralement pierre de l’oreille) qui jouent ce rôle.  

Tous les animaux peuvent être touchés, même si ce sont le plus souvent les très jeunes animaux qui en sont victimes. Chez eux, l’oreille interne n’est pas encore tout à fait terminée et donc fonctionnelle : les structures responsables de l’équilibre ne sont pas complètement développées et ne combattent pas encore efficacement le malaise détecté au niveau cérébral lors des transports. Le problème disparaît donc souvent quand l’oreille interne et les structures cérébrales concernées deviennent totalement performantes, c’est à dire vers l’âge de 3 mois chez les carnivores.

Le stress et les phobies peuvent également générer ces troubles ou aggraver leur expression.  l’anxiété amplifie l’intensité de ces signaux. La mémorisation des évènements les uns après les autres aggrave leur impact. Les symptômes apparaissent dès la vue du mode de transport (par exemple quand le chien aperçoit la voiture) ou dès les premiers kilomètres. Mais certains animaux peuvent aussi montrer des signes du mal des transports en anticipant un départ, simplement à la vue des clés, d’un sac de voyage… On parle alors de « réponse conditionnée ».  Les symptômes cessent dès l’arrêt du véhicule.

Les traitements

La première étape doit être la banalisation :

Il s’agit de donner l’habitude de voyager à l’animal : les trajets doivent être courts et fréquents, pour d’autres raisons que la visite chez le vétérinaire. La récompense (friandise) est une façon de motiver la montée en voiture ou en van. Le lieu choisi pour le petit trajet doit de préférence être attractif (pour un chien, un parc avec des congénères) pour créer une association positive avec le moyen de transport.

La seconde étape :

Il s’agit de mettre en place des précautions pour éviter une partie des signes cliniques: pas d’aliment durant les 2 heures qui précèdent le voyage, un confort optimal dans le moyen de transport, avec des protections qui évitent les blessures et qui permettent de mettre en place un minimum (parois doublées de mousse, cage, attache, grille de protection…). 

Dans le cas de grands trajets, des arrêts doivent être programmés en fonction des besoins de l’animal et idéalement toutes les 2 heures. 

Les facilitateurs : 

Les compléments alimentaires « anti-stress », colliers ou sprays peuvent aider à lutter contre le stress et les symptômes du mal des transports. Des anti-stress à base de phéromones naturelles existent pour les chiens, chats, chevaux : Zenifel, Feliway, Adaptil,Confidence EQ…

Des produits homéopathiques existent également pour le chien et le chat.

Les médicaments :

Le vétérinaire peut également prescrire des médicaments, qui contribueront à lutter contre les effets du mal des transports en diminuant ou supprimant les nausées (tranquilisants, anti-émétiques dont le citrate de maropitan, anti-histaminiques, etc) 

Fermer
Lire plus
    • Espèce
    • Fabricant
    • Marque
    • Type
    • Tranche d'âge
10 article(s)
par page