Les conseils vétérinaires les produits en +

Accident vasculaire cérébral

Chez le chien ou le chat, comme chez l’homme, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) se traduisent par l’obstruction ou par la rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. En revanche, chez nos animaux domestiques ils sont très rares, contrairement à ce qui se passe chez l’homme.

Pour l’obstruction vasculaire, on parle aussi de thrombose ou d'embolie cérébrale, ou encore d'AVC ischémiques. Dans ce cas, l’apparition de l’AVC est secondaire à des maladies comme l’hypertension, des maladies rénales ou cardiaques, un diabète ou encore une atteinte de la thyroïde.

Lors de la rupture d’un vaisseau sanguin, l’AVC est dit hémorragique. Il est généralement secondaire à la formation d’un caillot sanguin, d’une hypertension artérielle, d’une atteinte de la paroi des vaisseaux sanguins ou encore d’une intoxication par des anticoagulants. Les tumeurs cérébrales et les traumatismes crâniens sont également des causes d’AVC.

Les signes d'un AVC chez le chat et le chien

Les signes courants observés sont du tournis, la marche « sur un cercle », la tête renversée en arrière, des roulades en arrière, des vertiges, de la faiblesse, des vomissements et parfois des pertes d’équilibres. Il peut être malpropre. Ses yeux peuvent montrer un nystagmus, c’est-à-dire faire des mouvements d’aller-et-retour incontrôlables. Parfois l’on observe aussi des paralysies faciales, comme chez l’être humain. Votre animal peut aussi se coucher et rester immobile ou perdre connaissance.

Ces symptômes apparaissent brutalement, avec une intensité qui augmente parfois durant plusieurs heures.

C’est une urgence vétérinaire, rare, certes, mais en cas de doute il faut consulter très vite.

Le Diagnostic d'un AVC chez le chat et le chien

Le vétérinaire va établir l’existence possible d’un AVC en fonction de l’examen neurologique et d’examens d’imagerie : Une IRM est une possibilité intéressante pour localiser l’AVC et l’examen le plus indiqué pour mettre en place le traitement adapté en toute connaissance de cause. Des examens complémentaires permettront également de déceler la cause de l’AVC.

Selon la décision et les hypothèses qu’il pourra former, le vétérinaire pourra effectuer une échographie cardiaque ou d’autres examens du reste de l’organisme.

Le traitement

En cas d’AVC grave (selon ce qu’ont décelé les examens pratiqués) ou d’accident vasculaire cérébral causé par un traumatisme, le vétérinaire va hospitaliser votre animal.

Les traitements du choc (en cas de traumatisme physique), d’une autre cause, des effets de l’AVC (par exemple faire diminuer un oedème cérébral ou réduire la désorientation et les symptômes nerveux) sont établis en fonction du tableau clinique (de l’ensemble des signes) et des causes établies.

Le pronotic

Il est généralement réservé et dépend de l’amélioration à court terme de l’état de votre animal.

Dans tous les cas, le calme et le sommeil permettront d’obtenir une amélioration plus ou moins complète. Parfois les séquelles sont graves et permanentes : paralysie, perte de vision… mais généralement la récupération est meilleure que chez l’humain.

La rapidité à consulter au moment de l’apparition des symptômes est souvent déterminante.

Fermer
Lire plus
    • Espèce
    • Fabricant
    • Marque
    • Type
    • Tranche d'âge
2 Produit(s)
par page