Vrai ou Faux : Un chat est plus solitaire qu'un chien

Dr Muriel Alnot 13 mai 2019 782 0 Laisser un commentaire
Partagez
Vrai ou Faux : Un chat est plus solitaire qu'un chien
VRAI, un chat est plus solitaire qu’un chien !

Attention, solitaire est un mot très relatif concernant le chat !

En effet, un chat est un animal domestique, c’est-à-dire qu’il est fait pour vivre avec l’être humain. De ce point de vue, il n’est pas vraiment « solitaire » ! C’est un animal sociable, qui peut communiquer, et notamment avec son humain préféré.

Mais son originalité est que, contrairement au chien, il ne vit pas en groupe social hiérarchisé. C’est dans ce sens que l’on qualifie le chat de « solitaire ». Plus que le chien.

En effet, entre chiens, il existe une hiérarchie qui régit un groupe d’individus vivant ensemble. Le chien est un animal sociable qui vit en groupe, avec des règles établies entre les membres du groupe et un chef de groupe qui le régule. Pas le chat !

Le chat peut vivre en groupe mais plutôt comme un individu qui cohabite avec d’autres. Pas en tant que membre d’une structure hiérarchique. Il est donc « non affilié » à une structure mais plutôt intégré en tant qu’habitant.

C’est pour cela aussi que l’on dit que vous vivez chez votre chat. Votre petit félin préféré s’installe chez vous, et vous vous adaptez.

Il est beaucoup plus indépendant que votre chien. Mais il dépend quand même de son humain pour sa nourriture et son confort, voire sa sécurité.

Cette vision du chat « solitaire » vient de son mode de vie et de son histoire.La plupart des félidés sauvages sont des solitaires : les mâles s’octroient des territoires de plusieurs km2 dont certaines zones sont strictement réservées à leur repos, leur repas, ou encore à leurs petits sur des périodes transitoires (le temps de se reproduire). Chez nos petits félins domestiques vivant sans domicile fixe, c’est-à-dire nos chats errants, les jeunes mâles reproduisent un peu ce schéma alors que les femelles peuvent rester plus longtemps ensemble.

La tolérance à la cohabitation et la vie en groupe dépend tout d’abord du lien familial c’est-à-dire de la proximité génétique, comme l’ont montré de récentes études.

Un deuxième point est déterminant : le niveau de ressources alimentaires. Lorsque celui baisse, des compétitions alimentaires apparaissent, votre chat retrouve un mode solitaire et « défend » plus qu’un territoire : il défend sa source d’aliment et donc sa survie. Si l’aliment est abondant, le mode « survie » en solitaire disparaît et votre chat va être bien plus tolérant. Un peu comme nous lorsque nous avons le ventre plein : nous sommes plus tolérants. Le chat domestique devient vraiment solitaire comme ses ancêtres sauvages seulement en cas de besoin…

Dr Muriel Alnot, vétérinaire et rédactrice

Les produits sélectionnés par notre rédacteur