Les vaccins, qu’est-ce que c’est ?

Dr Alnot 27 février 2019 349 0 Laisser un commentaire
Partagez
Les vaccins, qu’est-ce que c’est ?

La vaccination est un acte de médecine préventif primordial à la bonne santé d’une population. En procurant une « immunité collective », elle permet de protéger les quelques individus qui ne peuvent malheureusement pas être vaccinés (trop faibles ou malades) et surtout d’éviter la réapparition de maladies éradiquées, seulement lorsque 70% au moins de la population est vaccinée, ou les épidémies pour celles qui n’ont pas disparu.

Qu’est-ce qu’un vaccin ?

C’est une substance qui contient un ou des antigènes, c’est-à-dire un élément que le système immunitaire reconnaît comme étranger, et qui provoque alors une réponse de défense par l’organisme : la production d’un anticorps (une protéine) qui lui permettra de se débarrasser de l’antigène le jour venu.

Les antigènes sont généralement des protéines et il faut qu’elles soient assez grosses (d’un poids moléculaire d’au moins 1500 Daltons) pour être immunogènes, c’est-à-dire permettre de produire des anticorps.

Les différents types de vaccins

Ils peuvent être issus d’agents infectieux (ou virulents) vivants ou issus d’agents pathogènes morts (on dit inactivés) et sont alors dits non infectieux.

  • Les vaccins infectieux vivants sont des produits qui utilisent l’agent de la maladie vivant mais sans son pouvoir pathogène. Ils sont atténués, c’est-à-dire qu’ils gardent la capacité à être reconnus comme étrangers et à déclencher la réaction immunitaire pour produire des anticorps, mais sans pouvoir provoquer la maladie, c’est-à-dire avec une virulence réduite. Leur efficacité est très bonne (sauf si le virus se transforme en permanence ou que l’individu vacciné possède des anticorps maternels), par conséquentn une seule dose suffit souvent dès la première injection. Mais comme ils possèdent parfois un pouvoir pathogène résiduel, ils sont contre- indiqués chez les femelles gestantes. (Ex. La polyomyélite ou la grippe chez l’homme, la toux de chenil chez le chien, la rhinotrachéite féline)
  • Les vaccins inactivés ou non infectieux sont des produits dans lequel l’agent pathogène a été tué par une substance chimique ou la chaleur et qui ne peut plus provoquer la maladie : il n’est plus virulent, mais il garde la capacité à déclencher la réaction immunitaire. Ces vaccins sont inoffensifs mais nécessitent souvent de multiples injections et un adjuvant pour que leur protection soit efficace. (Ex. La rougeole chez l’homme, la Chlamydiose chez le chat, la rage chez le chien et le chat)

Parmi les vaccins non infectieux il existe aussi :

  • Les vaccins synthétiques ou à sous unités, qui sont des produits dans lesquels on n’utilise qu’une petite partie à la surface de l’agent infectieux reconnue comme un antigène (c’est-à-dire qui va permettre de fabriquer les anticorps) sans l’utiliser dans sa totalité, c’est-à-dire sans avoir à le tuer ou à l’inactiver. (Ex. L'hépatite chez l'homme)
  • Ou encore les vaccins à « anatoxine » qui sont des produits utilisant la substance nocive ou toxine produite par l’agent infectieux et qui rend l’individu malade après l’avoir rendue inoffensive mais cependant lui avoir gardé son pouvoir de provoquer la fabrication d’anticorps antitoxine. (Ex. Le tétanos chez l'homme et également chez le chien - mais peu utilisé)
  • Ou encore les vaccins à vecteurs vivants qui sont des produits fabriqués avec des fragments d’agents infectieux incorporés dans un virus vivant inoffensif pour l’individu. (Ex. L'adénovirus canin)

Ces dernières catégories sont moins utilisées que les deux premières.

Les vétérinaires vaccinent moins souvent qu’avant !

On sait aujourd’hui qu’un chien adulte, qui a reçu une série complète de vaccins essentiels quand il était chiot, mais qui n’a pas eu de rappels régulièrement en temps qu’adulte, n’a besoin que d’une seule dose de vaccin essentiel pour retrouver une protection efficace.

De la même façon, un chien adulte (ou un chiot de plus de 16 semaines) dont l’historique de vaccination est inconnu a besoin d’une seule dose de vaccin essentiel pour obtenir ou réactiver une bonne protection immunitaire. Beaucoup de fiches techniques de vaccin conseillaient auparavant que le chien recommence un protocole de primo-vaccination (comme pour un chiot), mais une telle pratique est, aujourd’hui, reconnue injustifiée et contraire aux principes immunologiques fondamentaux.

Attention, si vous l’avez arrêtée pendant quelques temps, la reprise des vaccinations en une dose ne s’applique pas aux vaccins dits non-essentiels, dont la plupart nécessitent deux doses même chez le chien adulte.

La vaccination est préventive

C’est-à-dire qu’elle permet de fabriquer des défenses pour l’organisme avant que l’agent infectieux de la maladie ne s’y attaque. Elle s’adresse donc à des individus sains et en bonne santé, ce qui est vérifié lors de la consultation dite « vaccinale ».

La pratique curative n’est pas une « vaccination » au sens propre du terme même si le mot est parfois utilisé. Elle n’utilise pas d’antigènes mais directement l’injection des anticorps contenus dans des « sérums ». Elle est appelée « sérothérapie » ou « immunothérapie ». Ce traitement consiste à permettre une réponse immunitaire de l'organisme afin de lutter contre différentes maladies sans utiliser leurs agents infectieux, par exemple dans le cas de cancers ou de maladies dégénératives.

Vaccin et sérum peuvent parfois être associés…

Aujourd’hui, la vaccination des animaux et des humains permet toujours de sauver des milliers de vie…

Dr Alnot, vétérinaire et rédactrice

Les produits sélectionnés par notre rédacteur