Les gestes dangereux des chevaux

Dr Lhérété 05 février 2019 489 0 Laisser un commentaire
Partagez
Les gestes dangereux des chevaux

Pourquoi un cheval se cabre-t-il ? Pourquoi donne-t-il un coup de pied ? Pourquoi mord-il ? Tous ces gestes, tous ces comportements, sont dangereux pour l’entourage, et il faut savoir s’en préserver, éviter de les provoquer, et savoir comment réagir.

Les chevaux sont naturellement paisibles mais craintifs

Nous avons abordé dans un article précédent les deux points essentiels à connaître si l’on veut comprendre le comportement des chevaux : l’instinct de proie (qui trouve son salut dans la fuite) et l’instinct grégaire (la recherche du groupe de congénères).

Comme toutes les proies, les chevaux sont craintifs. C’est la crainte du prédateur qui va déclencher le réflexe de fuite. On a du mal à bien comprendre cela face à un animal de 500 kg et d’1m70 de haut, qui est donc bien plus puissant que vous, mais imaginez un cheval de la taille d’une chèvre (taille qu’il avait au début de son évolution), et vous comprendrez mieux son comportement d’animal peureux.

Tout ce qu’il ne connait pas lui fait peur, et c’est par l’apprentissage qu’il tolère de nombreuses situations.

Une fois compris cela, vous comprendrez alors aisément que si un cheval a peur, et qu’il ne peut pas fuir, il va tenter de se défendre et d’attaquer. Il a alors à sa disposition plusieurs types de gestes possibles, le danger venant uniquement du fait qu’il est rapide et d’une masse importante.

Abordons alors les zones dangereuses en fonction des gestes possibles des chevaux.

  • Derrière un cheval : attention aux coups de pied et aux ruades  attention aux coups de pied et aux ruades

Un cheval peut donner un coup de pied avec un de ses postérieurs, c’est même le geste d’agression le plus fréquent chez les chevaux.

Lors d’un coup de pied, le cheval garde les 3 autres membres au sol, alors que lors d’une ruade, le cheval soulève sa croupe et ses deux postérieurs, et frappe souvent des deux sabots postérieurs.

Attention, car les chevaux savent très bien viser, et si le cheval cherche à vous atteindre il va rarement louper son coup, car il est très rapide.

Vous entendrez aussi parler de « coup de pied en vache », lorsque le cheval vient vous chercher quand vous êtes à hauteur de ses côtes, il tape sur le coté en faisant le même geste qu’une vache qui donne un coup de pied.

  • Devant un cheval : attention aux cabrés et aux morsures

attention aux cabrés et aux morsuresUn cheval qui se cabre est un cheval qui se met debout sur ses deux postérieurs, se dresse de toute sa hauteur, et a les deux antérieurs de libre pour « boxer » ce qui est face à lui.

Un cheval peut aussi mordre, ce qu’ils n’hésitent pas à faire entre eux lors de « mise au point » entre membres du troupeau (la « harde » dit on chez les chevaux), mais s’ils vous mordent avec la même force qu’ils emploieraient pour un congénère, il va vous faire bien plus mal. Aussi, faut-il éduquer les chevaux à ne pas vous toucher avec leur bouche, car entre un mordillement amical et ce que vous ressentirez comme une morsure, ils ne font pas bien la différence.

  • A côté d’un cheval : attention aux écrasements

C’est bien plus rare, mais cela peut arriver. Si vous êtes dans un box avec un cheval, et que vous lui faites peur pour x raisons (il ne vous connait pas, ou vous avez une injection à lui faire, ou autre…), et que vous êtes placé entre le mur et le cheval, il peut s’appuyer de toute ses forces et vous coincer contre la paroi. Veillez donc à ce que la porte du box soit toujours à votre portée s’il y a un problème.

  • Sur un cheval : attention aux cabrés et aux sauts-de-mouton  attention aux cabrés et aux sauts-de-mouton

Comme nous l’avons vu, le cabré est un geste de défense, qui peut être provoqué par une demande trop brutale du cavalier, ou une rétivité du cheval, mais qui est un bon moyen de mettre le cavalier à terre. De même, ce qu’on nomme « saut de mouton », c’est-à-dire un saut violent lors duquel le cheval saute en l’air avec le dos voussé, jette souvent le cavalier au sol.

Comment se comporter pour éviter ces dangers ?

C’est bien sûr par l’expérience et l’habitude de manier des chevaux que l’on apprend à repérer les signes de danger. Mais il faut de toute façon, surtout avec un cheval que l’on ne connait pas, se renseigner avant, et si ce n’est pas possible, l’aborder lentement, l’observer, le laisser venir vers vous, et se placer dans la zone de sécurité : à coté de l’épaule, et de préférence l’épaule gauche, car c’est par la gauche que sont le plus souvent abordés les chevaux (*).

(*) ce code pour aborder les chevaux n’est lié qu’à l’histoire. Les chevaux étaient les montures de guerre, et l’épée pendait au coté gauche des militaires. Aussi, pour monter à cheval, il était plus simple de mettre le pied à l’étrier à gauche, afin de passer seulement la jambe droite par-dessus la croupe, l’épée restant à gauche.

Dr Lhérété, vétérinaire et rédactrice

Les produits sélectionnés par notre rédacteur