Le stress chez le chat

Dr Muriel Alnot 20 septembre 2019 2140 0 Laisser un commentaire
Partagez
Le stress chez le chat

Un chat domestique est par définition LE félin fait pour vivre avec nous, cependant cette espèce est très sensible et parfois stressée au moindre changement dans son environnement. Comme nous, ce sont des mammifères, ils peuvent donc s’adapter lorsqu’on les perturbe, mais seulement jusqu’à un certain point… c’est la perte d’adaptabilité qui génère des états de stress importants et donc crée des chats anxieux.

Certains chats sont plus zen que d’autres

Les chats n’ont pas tous le même caractère : certains sont plus craintifs, peureux ou au contraire plus tranquilles que d’autres, question de tempérament, parfois de race. Certains sont plus expressifs, comme les orientaux par exemple, souvenez-vous des Siamois dans « la belle et le clochard » de Walt Disney… D’autres sont très « calmes » comme les Persans par exemple.

Lors d’un événement perturbant, vos chats ne réagiront pas toujours de la même façon, même lorsqu’ils sont de la même portée. 

Comment reconnaître un chat stressé ?

Un chat stressé est généralement inhibé, tous ses comportements sont moins « démonstratifs » : il ne mange plus, bouge moins, voire plus du tout.

Attention, chez le vieux chat c’est moins un stress externe que les problèmes internes (de son corps vieillissant) qu’il faut suspecter.

Le manque d'appétit

La perte d’appétit est souvent le premier symptôme qui apparaît. Ne pensez pas qu’il n’aime plus sa nourriture mais plutôt qu’il a un problème. Dans ce cas, changer l’aliment est encore plus déconseillé que d’habitude car le chat n’aime pas beaucoup la nouveauté alimentaire. 

La malpropreté​

La malpropreté urinaire et fécale peut également être un signe de stress chez le chat. Attention à ne pas lui en vouloir ni le punir car il ne se venge pas et n’est pas en train de vous nuire sciemment.

Deux types de malpropreté sont possible en cas de stress : l’élimination et le marquage. Le marquage urinaire apparaît souvent en premier. Chez un mâle entier ou une femelle en œstrus, ce type de marquage est normal, il sert à communiquer entre chats. En quelque sorte c’est une messagerie de site de rencontre ! Lorsque votre animal est stérilisé, ce marquage urinaire sexuel normal disparaît. En revanche, le marquage urinaire réactionnel peut exister à la moindre perturbation.

Le léchage répété ou l’arrachage des poils​

Le léchage répété ou l’arrachage des poils sans raison objective (c’est-à-dire sans maladie dermatologique) est parfois lié au stress. On parle souvent d’alopécie ou de léchage « psychogène ». Dans ce cas pour éviter une dégradation plus importante, votre chat est souvent affublé de « l’abat-jour » ou collerette qui, généralement très mal toléré et qui donc ajoute un stress supplémentaire.

Les agressions​

Les agressions sont courantes chez les individus stressés. Comme un humain, un chat mal à l’aise peut devenir agressif envers la cause de son malaise ou encore rediriger son courroux sur une personne ou un animal sans aucun rapport avec le stress de départ. Le souffre-douleur est un autre animal, ou le propriétaire qui passe au moment où le chat est irritable. Les postures d’agression des chats stressés peuvent être défensives ou offensives, en fonction du caractère du chat, de son degré de socialisation et de sa tolérance à l’élément stressant.

Trouver la cause du stress du chat, est une véritable enquête policière

L’origine du stress doit être recherchée à l’extérieur mais aussi et d’abord à l’intérieur du chat. 

A l’intérieur du chat

Certaines maladies (baisse immunitaire, problèmes gastro-intestinaux ou encore les cystites interstitielles, des problèmes dermatologiques…) peuvent être à l’origine du stress… 

Les maladies qui augmentent la prise de boisson (diabète, les insuffisances rénales, etc) doivent être éliminées car elles accroissent aussi l’élimination. Et donc peuvent créer une malpropreté. C’est donc chez le vétérinaire que le jeu de piste commence.

A l’extérieur du chat

  • Tous les changements, toutes les nouveautés peuvent générer du stress : un déménagement, des travaux de peinture, des travaux ou des changements de mobilier…
  • La « pauvreté » du lieu de vie, c’est-à-dire l’absence de meubles et d’objets est aussi une source de stress bien connu : sans espace pour grimper, se cacher, sauter, jouer, le bien être du chat est loin d’être optimal. 
  • Si vous avez un chat sociable, un « chat-chien » : ne pas communiquer ou ne pas avoir d’activité avec les humains sera pour lui une importante source de frustration. Jouer avec lui, lui parler, lui créer des activités est indispensable.
  • Les conflits entre chats sont souvent mal vécus et aggravent ou génèrent des états anxieux. 
  • Enfin, le manque de prédictibilité et de contrôle du chat sur les routines mises en place par les propriétaires lui créent énormément de stress. 

Quelles stratégies adopter pour réduire le stress chez le chat ?

  1. Beaphar CatComfort Diffuseur et recharge pour chats et chatonsLa première est de supprimer la cause du stress ;
  2. Ensuite, l’on vérifie que la distribution alimentaire convient : votre chat doit avoir sa nourriture en libre-service, mais pas à volonté ;
  3. Puis l’on adapte l’espace du chat (en y disposant suffisamment de ressources) et des contacts s’ils ne sont pas tolérés (ne pas contraindre le chat aux caresses, le caresser s’il dort, le toucher s’il est peu tolérant…) ;
  4. Et enfin, si le stress est chronique (s’il dure depuis longtemps) un médicament, un nutraceutique ou une phéromone apaisante, peut être prescrit par le vétérinaire. 

Dr Muriel Alnot, vétérinaire et rédactrice

Les produits sélectionnés par notre rédacteur