La reproduction chez le chat

Dr Muriel Alnot 10 octobre 2019 1597 0 Laisser un commentaire
Partagez
La reproduction chez le chat

Saviez-vous qu’une chatte ovule seulement sur stimulation ? Que sur une portée de chatons, les pères pouvaient être tous différents ? Que la gestation dure à peine plus de deux mois ? Le mode de reproduction du chat est celui d’un mammifère mais les procédures sont propres aux chats… et parfois révèlent des détails surprenants !

L’activité sexuelle chez le chat

Chez le mâle, c’est toute l’année ! Les mâles, eux, sont fertiles en permanence dès leur puberté.

Pour les femelles, elle suit un calendrier saisonnier avec plusieurs chaleurs au cours de la saison de reproduction qui se tient des mois de Janvier-Février à Septembre-Octobre (dans l’hémisphère nord). Cette période correspond aux allongements de la durée du jour de la « belle saison » avec un éclairage naturel d’au moins 8 heures par jour, mais elle peut également être influencée par l’éclairage artificiel, la température et les contacts sociaux. On peut déclencher les chaleurs par un éclairage de 14h par jour, au bout de trois semaines, en évitant absolument d’éclairer en continu. Une canicule peut espacer les périodes de chaleur, et une pauvreté en contacts sociaux retarder la puberté… Il faut donc un minimum de congénères présents.

Enfin, certaines races sont peu fertiles et moins souvent en chaleurs, comme les femelles Persan, alors que les Siamoises ont à juste titre une réputation plus sulfureuse, étant en chaleurs plus souvent et plus précocement.

L’âge de la puberté chez le chat

Il varie de 7 mois (chez les orientaux) à environ 12 mois (chez les femelles Persan), mais il est possible d’observer des signes dès l’âge de 4 mois. En réalité, la chatte n’est pas pubère tant qu’elle n’a pas atteint les trois quarts de son poids adulte, soit à partir de 2,5kg (pour un chat de poids normal).

En outre, l’âge de la puberté varie en fonction de la date de naissance de la femelle : elle sera pubère plus tôt si elle est née en février plutôt qu’en octobre.

Le mode de vie semble également déterminant : les femelles qui vivent dehors sont généralement plus précoces. Il n’est pas conseillé néanmoins de les faire reproduire avant l’âge d’1 an, 1 an ½.

Quelle est la bonne période pour faire reproduire votre chat ?

Votre mâle, est potentiellement toujours prêt.

Chez la femelle, les périodes de chaleurs sont définies par un enchaînement de cycles : on observe des « oestrus » , c’est-à-dire des périodes caractéristiques montrant un pic sanguin d’oestrogènes propice à l’ovulation, accompagnées de périodes d’interoestrus c’est-à-dire sans ovulation ou « anovulatoires ». Pendant l’oestrus apparaissent des vocalisations particulières, très fortes, un marquage urinaire fréquent, des frottements, une « lordose » c’est-à-dire d’une position du dos en creux…

Chez les chattes dites « nymphomanes », les phases d’oestrus se succèdent sans pauses, comme si l’animal était en oestrus permanent. Dans ce cas, une solution peut être de réduire l’éclairage à moins de 8h par jour.

Les modifications du comportement lors des chaleurs sont parfois telles que ces périodes sont très difficiles à supporter pour les propriétaires : les miaulements chez les Orientaux ou les Bengales sont particulièrement forts et quasi permanents. Ils cessent après la saillie, chez la quasi-totalité des femelles. Contrairement à ce que l’on observe chez le chien, il n’y a pas de saignements chez la chatte lors des chaleurs.

L’appareil reproducteur à « épines » du chat mâle

L’appareil reproducteur de la femelle est fait d'ovaires, d’un utérus et d’un vagin.

Chez le mâle, l’appareil reproducteur est fait de testicules, d’une prostate, de glandes « bulbo-urétrales » et d’un pénis érectile. Jusque-là, rien de bien différent des autres mammifères ! Mais chez le chat mâle non castré, le pénis, très court (2 cm en érection) est hérissé de petits spicules, qui disparaissent après la castration et dont l’action pendant l’accouplement contribue à provoquer l’ovulation.

Attention, une seule saillie ne produit l’ovulation que dans 50% des cas. Pour l’autre moitié, il faut recommencer.

Parfois au contraire, une ovulation est produite spontanément tout simplement sous l’effet de l’excitation et des caresses du propriétaire, et peut être également dû au contact avec des femelles, ou à la vue du mâle... Lorsqu’une femelle ovule spontanément, c’est à dire sans accouplement, la chatte produit une pseudo-gestation, aussi appelée « grossesse nerveuse », mais dont les manifestations ressemblent rarement, comme à celles chez la chienne, à des comportements typiques de la gestation.

Comment s’y prendre pour la rencontre entre mâle et femelle ?

En général, on amène la femelle au mâle mais si elle est stressée, cela peut interrompre ses chaleurs, il est donc plus judicieux de laisser la femelle dans l’endroit où elle vit et de lui amener le mâle.

Il est en outre conseillé de réaliser plusieurs saillies pour qu’elles soient efficaces. Mais il est bon de prévoir quelques jours (deux à trois, a minima, et jusqu’à 5 jours) pour que la rencontre se fasse au mieux : on fera une phase de présentation le premier jour, et les autres jours des saillies, environ deux à trois pour 4 heures de temps. Le mâle maintient la femelle par la nuque entre une demi-minute et 4 heures ! Tout dépend de l’expérience et du niveau de stress de chacun. La femelle peut avoir des réactions agressives envers le mâle avec des cris particulièrement forts (on parle de période réfractaire), se rouler par terre et se lécher la région génitale de manière fréquente et répétée.

La femelle n’est pas « fidèle », c’est une polygame qui peut accepter la saillie de plusieurs mâles à quelques minutes d’écart. Sur une même portée les chatons peuvent donc être de père tous différents.

Enfin, une insémination artificielle est possible, avec un sperme recueilli par électro éjaculation, sous anesthésie, avec un vagin artificiel pour un chat éveillé ou encore par cathéthérisation urétrale (avec une sonde introduite dans l’urètre). Mais la conservation de la semence est plus délicate que chez le chien, elle doit donc être utilisée rapidement… Ces protocoles sont encore en cours d’étude et de perfectionnement !

La gestation dure en moyenne 65 jours et son diagnostic se fera idéalement par échographie à partir du 20ème jour chez le vétérinaire.

La mise-bas s’effectue entre 1 et 24h après un début de travail dont les signes sont presque invisibles. Puis les contractions deviennent visibles et l’expulsion des chatons (durant une à 6h) est à chaque fois suivie (un quart d’heure après environ) de l’expulsion de leur placenta. Une demi-heure sépare généralement chaque naissance de chaton. La chatte doit être laissée au calme, dans un endroit qu’elle a choisi. S’il est judicieux de surveiller le déroulement de la mise bas, il faut éviter de la déranger pour ne pas interrompre le processus. Si la mise-bas ne se déroule pas normalement, il faut faire intervenir le vétérinaire dans l’heure qui suit son début pour éviter le décès des chatons.

Dr Muriel Alnot, vétérinaire et rédactrice

Les produits sélectionnés par notre rédacteur