La récupération après l'effort chez le cheval

Dr Aude Lhérété 08 août 2019 2231 0 Laisser un commentaire
Partagez
La récupération après l'effort chez le cheval

Le métabolisme musculaire du cheval durant l’effort

Le terme métabolisme désigne le fonctionnement du muscle au niveau de la cellule musculaire. Les échanges les plus importants concernent l’énergie consommée par le muscle pour produire son effort, et les déchets qui doivent ensuite être éliminés.

On distingue 3 voies de production d’énergie :

  1. La 1ère à se mettre en place, immédiate, et pour un effort d’environ 15 à 20 secondes, est la voie anaérobie alactique (photo de gauche). Elle correspond à la phase lors de laquelle les cellules musculaires consomment très rapidement leurs réserves immédiatement disponibles, et permette un effort très bref et très intense, comme un départ de sprint par exemple, ou lorsque les chevaux jaillissent des boites de départ d’une course. Cette voie ne nécessite pas d’oxygène, et ne produit pas d’acide lactique.
  2. Ensuite se met en route la seconde voie, au bout de 20 à 30 secondes environ, la voie anaérobie lactique (photo du milieu), capable de fournir un effort de courte durée mais tout de même plus long que la précédente, environ deux minutes, et d’une intensité moins élevée. Elle ne nécessite pas non plus d’oxygène. Par contre elle produit un déchet, l’acide lactique, qui va être consommé lors de la mise en route de la 3ème voie. Si le muscle n’a pas été assez entraîné et que trop d’acide lactique est accumulé dans les muscles, la douleur – crampes et fatigue – arrive.
  3. La 3ème et dernière voie est la voie aérobie, elle se met en place au bout que quelques minutes, et va durer tout au long de l’effort. Cet effort sera moins puissant et de longue durée. Cette voie nécessite de l’oxygène, elle consomme l’acide lactique produit par la 2ème voie, et produit de l’eau (H2O), donc de la sueur, et du gaz carbonique (CO2) évacué par la respiration qui s’accélère.

la voie anaérobie alactique la voie anaérobie lactique la voie aérobie

Les différents types de récupération chez le cheval

La récupération active

Cette forme de récupération est active, comme son nom l’indique, c’est un effort à fournir après l’effort. Mais un effort de type différent, qui a pour but de consommer au maximum les lactates accumulés dans le muscle. Cette récupération active doit donc mettre en route la voie aérobie.

Les règles d’efficacité reposent sur les points suivants :

  • Elle doit être immédiate, tout de suite après l’effort (des études ont prouvé qu’une récupération active après 10 minutes de pas est nettement moins efficace)
  • Elle se fait au trot, rênes longues, le cheval prenant la position d’encolure qui lui convient le mieux, dans un trot peu soutenu
  • Elle dure 5 minutes minimum à 15 minutes maximum

La récupération passive

Celle-ci ne passe par un autre effort. Le cheval marche quelques minutes au pas juste le temps de reprendre son souffle. Ce type de récupération est adapté aux efforts de courte durée lors desquels il n’y a pas eu d’accumulation gênante de lactates.

Les produits pour soutenir les muscles des chevaux

Différents types de produits peuvent soutenir ou aider le fonctionnement des muscles.

Equistro Excell E

L’Equistro Excell E apporte du Selenium et de la vitamine E, deux éléments utiles au fonctionnement musculaire.

EQUISTRO EXCELL E 250 ML

Lactomuscle

Le Lactomuscle de la gamme Horse Master permet, grâce au citrate et aux vitamines B de combattre les effets néfastes des lactates.

LACTOMUSCLE SIROP 1 L

Dr Aude Lhérété, vétérinaire et rédactrice

Les produits sélectionnés par notre rédacteur