La maladie d’Addison est une maladie rare mais qui peut parfois être mortelle. Qu’est-ce que la maladie d’Addison chez le chien ? Quelles sont les causes de la maladie d’Addison chez le chien ? Comment se traduit la maladie d’Addison chez le chien ? Comment en faire le diagnostic ? Y a-t-il des chiens prédisposés à cette maladie ? Peut-on soigner un chien atteint de la maladie d’Addison ? Voici quelques explications sur cette maladie difficile à diagnostiquer…

Qu’est-ce que la maladie d’Addison chez le chien ?

La maladie d’Addison est un trouble endocrinien, c’est-à-dire une maladie hormonale, montrant un déficit de corticoïdes (glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes) dans le corps de votre chien. Elle est également appelée hypocorticisme ou hypoadrénocorticisme.

Quelle est la cause de la maladie d’Addison chez le chien ?

La maladie d’Addison est due à un déficit de production de ces glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes par les glandes surrénales. Ces glandes (une au-dessus de chaque rein) sont responsables de la production des hormones sexuelles et des corticostéroïdes « naturels ». Plus précisément ce sont les corticosurrénales, c’est-à-dire le cortex (=l’enveloppe) des glandes surrénales, situées comme leur nom l’indique au-dessus des reins qui ne produisent pas assez de corticoïdes.

La maladie apparait quand environ 90% des corticosurrénales ne fonctionnent plus.

Il existe deux raisons possibles :

  • Un hypocorticisme primaire qui correspond à une atrophie ou une destruction des glandes surrénales, souvent d’origine auto-immune.
  • Un hypocorticisme secondaire qui correspond à la destruction des glandes surrénales.
    • Sous l’effet d’un médicament toxique pour cette partie de l’organisme et notamment les médicaments de l’hypercorticisme ou maladie de Cushing (trilostane), du cancer de la surrénale (mitotane) ou les corticoïdes.
    • Ou sous l’impact d’une maladie ne concernant pas les surrénales comme une atteinte de l’hypothalamus ou de l’hypophyse, ou la formation de métastases.

Y a-t-il des chiens prédisposés à la maladie d’Addison ?

Le chien le plus à risque est une chienne Caniche Royal d’âge jeune à mature, en effet :

Certaines races de chiens sont plus touchées que d’autres et semblent prédisposées. Ce sont les Caniches, notamment le Caniche « Royal », les Colleys, les chiens d’eau Portugais, les Dogues Allemands, les Leonbergs, les Rottweilers, les West Highland White Terriers et Wheaten Terriers.

Les femelles seraient également plus atteintes que les mâles (ce sont environ 70% des cas) et notamment si elles ont entre 4 et 6 ans.

Quels sont les signes cliniques de la maladie d’Addison chez le chien ?

Chez le chien, les signes cliniques les plus courants de la maladie d’Addison sont, dans l’ordre de fréquence, l’abattement, l’anorexie (arrêt total de la prise alimentaire), les vomissements, une faiblesse physique, la perte de poids, la déshydratation, la diarrhée et les tremblements…une hypothermie peu aussi apparaitre lors d’hypovolémie.
D’autres manifestations comme une augmentation de la soif et du coup une augmentation des mictions (Polyuro-Polydipsie ou PUPD) sont plus rares.

La maladie peut s’exprimer sous deux formes différentes :

  • Une forme aiguë ou crise « addisonienne » avec des convulsions qui peut évoluer vers un état de choc, avec une déshydratation importante (hypovolémie), lors duquel le pronostic vital est engagé.
  • Une forme chronique dont les signes sont peu spécifiques, ressemblant à une gastro-entérite, et qui rend donc sa détection difficile. On observe alors des vomissements et de la diarrhée, parfois hémorragique. Les signes peuvent alors apparaître de façon cyclique.

Comment être sûr que mon chien a une maladie d’Addison ?

Le diagnostic de la maladie d’Addison chez le chien repose sur :

  • Un bilan sanguin (pour rechercher le taux de cortisol -diminué-, une hyperkaliémie, une hyponatrémie, et un rapport urée/créatinine augmenté).
  • Couplé à un test de stimulation hormonale à l’ACTH (ou Adreno CorticoTropic Hormone) ou hormone corticotrope. Ce test mesure la réponse à la stimulation des glandes surrénales en dosant le cortisol et l’aldostérone avant et après la stimulation. Ce test ne pourra plus être réalisé si un traitement à base de corticoïdes est mis en place au préalable.

Lorsque le diagnostic est confirmé, la mesure de la concentration sanguine d’ACTH, permet de distinguer un hypoadrénocorticisme primaire d’un hypoadrénocorticisme secondaire : le taux d’ACTH est augmenté lorsque la cause est primaire, et diminué lorsque la cause est secondaire.
L’imagerie médicale (échographie ou scanner) pourra ensuite être utilisée afin d’évaluer l’atteinte des glandes surrénales.
Les radiographies thoraciques et abdominales peuvent permettre d’éliminer les autres affections pouvant créer des effets similaires. Cette maladie est souvent sous-diagnostiquée car elle ne donne pas de signes cliniques spécifiques

Quel est le traitement de la maladie d’Addison chez le chien ?

La forme aigue de la maladie d’Addison doit être prise en charge rapidement, pour éviter des lésions organiques irréversibles, en hospitalisant l’animal pour le mettre sous fluidothérapie et lui administrer des corticoïdes. C’est généralement de la dexamethasone qui est utilisée pour ne pas interférer avec le test diagnostic s’il doit être réalisé ensuite. Elle permet de traiter la déshydratation ainsi que le choc. La réponse au traitement est généralement rapide.
Des anti-vomitifs peuvent également être utilisés ainsi que des pansements digestifs.

La forme chronique demande l’administration régulière de glucocorticoïdes (fludrocortisone, en comprimés) et parfois de minéralocorticoïdes (pivalate de désoxycortone) en injections régulières (tous les 25 jours) chez le vétérinaire.

S’il existe une déshydratation, certains produits comme l’Oralade Hydrate+ pour chien  permettent de reconstituer rapidement les fluides, les minéraux, le glucose et les nutriments dont les chiens ont besoin. Cependant, les équilibres minéraux doivent être surveillés : en effet la réponse au traitement varie selon les chiens mais aussi au cours du temps, les contrôles doivent donc être réguliers, a minima pendant les 6 premiers mois de traitement, voire toute la première année, pour que la dose puisse être ajustée régulièrement notamment pour éviter les surdosages.

Un chien peut-il guérir de la maladie d’Addison ?

La guérison de la maladie d’Addison n’est pas possible,
Lors de crise adissonienne les premières 24 heures sont déterminantes pour le pronostic.
Une fois que la maladie est contrôlée, un suivi régulier, plusieurs fois par an, voire une fois par mois est indispensable pour vérifier et ajuster le dosage des traitements.   
S’il est bien équilibré, un chien « addisonien » pourra vivre dans de très bonnes conditions toute sa vie.

Découvrez des articles similaires :