Comprendre les miaulements du chat

  • Comprendre les miaulements du chat

​Pleurs, gémissements, miaulements, comment comprendre ce que vous dit votre chat ? Lorsque votre chat miaule c’est en tout cas qu’il essaye de communiquer. Voici ce qui est actuellement connu de la communication vocale de nos petits félins.

Qu'est-ce que le miaulement du chat ? 

Le miaulement est la base de la communication du chat avec l’humain. Dès son plus jeune âge, un chaton miaule, ce qui lui permet d’attirer l’attention de sa mère… Question de survie ! Avant l’âge de trois à quatre semaines le chaton (non sevré) produit en effet un son très aigu « miou » qui sert notamment à réclamer d’être nourri et devient plus grave : « miaou » par la suite.

Chez l’adulte, les miaulements sont plus variés : ils servent à obtenir votre attention, à vous accueillir à votre retour, à vous demander un repas ou encore des câlins, mais votre chat miaule aussi si quelque chose ne lui convient pas ou lorsqu’il est perturbé, par exemple lorsqu’il ne supporte pas la contrainte que vous lui imposez en le prenant dans ses bras contre son gré !

Les miaulements de cour

Les miaulements produits par les chats lors des chaleurs sont très particuliers : ils ressemblent fortement aux pleurs d’un bébé! Il s’agit de modulations sur deux tons, le plus souvent par des femelles qui sollicitent les mâles de cette façon en période d’œstrus. C’est d’ailleurs ce qui les rend difficile à supporter pour l’être humain dont le chat n’est pas stérilisé.

Les miaulements de détresse

Ce sont des miaulements de modulation lente produits avec la gueule fermée, dont la tonalité est caractéristique d’une détresse, impossible de se tromper. Ils sont émis par exemple à cause d'un manque de nourriture, la peur ou une douleur. Ils sont aigus, courts et répétés, un peu comme une alarme dont la fréquence est d’environ 1,3 kHz.

Ce miaulement apparaît chez le jeune notamment lorsque le chaton est séparé de sa mère ou de ses frères et sœurs de portée. 

Chez l’adulte, ce miaulement de détresse est encore plus lent et continu, plus intense, la plupart du temps en cas de douleur ou de désorientation, mais aussi en phase de réveil après une anesthésie. Le son produit est un « miaoouuu » dont le son « o » ou « u » est prolongé, comme par exemple, si votre chat ne peut pas faire ses besoins parce qu’il est constipé, ou parce qu’il a une cystite … et même parfois tout simplement si son bac à litière est sale !

Les miaulements du chat : comment les comprendre ?Chez le vieux chat, ce type de miaulements est très souvent le signe d’une perte de repères, lors d’un vieillissement cérébral accéléré. Ils sont généralement émis la nuit, au moment où votre petit compagnon est le plus désorienté et confus, surtout s’il ne bénéficie pas de votre présence à ce moment.

Les hurlements

Ces miaulements de très forte intensité se produisent notamment en cas de conflits. Si votre chat se bat avec un congénère ou menace d’agresser un être humain et se met à hurler, c’est qu’il est très contrarié et qu’il va très probablement passer à l’attaque ; ces hurlements sont très courants chez les chats non stérilisés qui ont des soucis de cohabitation ou de territoire…

La première urgence est de rechercher une douleur et en son absence, de faire stériliser rapidement les matous belliqueux pour limiter voire faire disparaître la cause des conflits. 

Que sont les autres sons, dits vocaux ou « para-vocaux » chez le chat ?

Ce sont :

  • Des grondements ou des sifflements associés aux hurlements en cas de bagarre, ce sont des signaux de menace
  • Des ronronnements généralement des signes de plaisir mais qui se produisent aussi parfois en cas de douleur intense
  • Des claquements de dent, bouche entre-ouverte, l’ensemble étant qualifié de Flehmen, une manière de recueillir les informations chimiques de son environnement

Savoir de quel type de miaulement il s’agit permet d’adapter votre réponse et le cas échéant de consulter rapidement pour éviter de passer à côté des premiers signes d’une douleur. Dans cette espèce bien connue pour la « pauvreté » d’expression et de variété des signes cliniques, l’être humain qui vit avec le chat est parfois le seul à pouvoir traduire correctement les miaulements en fonction des habitudes de l’animal pour mettre en place les bonnes hypothèses lors de la consultation vétérinaire.

Découvrez nos autres articles sur le sujet :

Partagez
Les produits sélectionnés par notre rédacteur