Chien peureux : Comment améliorer son bien-être ?

Dogteur 30 juillet 2019 1972 0 Laisser un commentaire
Partagez
Chien peureux : Comment améliorer son bien-être ?

La peur est un état émotionnel fugace d'alarme et d'agitation déclenché par un danger présent ou menaçant. Il s'agit bien d'une émotion normale qui permet la survie d'un individu dans son environnement. Néanmoins, certains individus de par leur sélection artificielle ou par les premières expériences qu'ils vont vivre dans les premiers mois de leur vie sont devenus très « sensibles » aux différents éléments de leur environnement et vont développer des peurs face à des stimuli* qui peuvent sembler anodins pour les humains.

*Stimulus (au pluriel stimuli) : événement externe à l'origine du déclenchement d'une réaction.

Reconnaître les signes de peur chez le chien

  • Regard détourné fuyant
  • Posture basse vers l'arrière
  • Queue basse rabattue sous le corps
  • Tremblement*
  • Position des oreilles basse voire plaquées vers l'arrière
  • Pupilles dilatées*
  • Pilo-érection*
  • Cherche à fuir
  • Miction et défécation*
  • Vidange des glandes anales*

* bien que pouvant apparaître avec les signes de peur, ce sont des signes de stress.

Le traitement des peurs chez le chien

Le traitement des peurs fait appel à des traitements médicaux avec des psychotropes ou des neutraceutiques mais aussi à des thérapies comportementales.

La plus simple et efficace est l'habituation. L’habituation consiste à appliquer de façon graduelle l'événement à l'origine de la peur. Lors de réaction à un bruit, on le présente au chien avec de plus en plus d'intensité sans que cela génère une réaction de peur.

Les différentes règles

  1. Règle N°1 : le chien doit être attentif et doit avoir perçu le bruit.
  2. Règle N°2 : le chien ne doit pas ressentir de peur. Dans ce cas il s'agirait d'une sensibilisation processus inverse de l'habituation. Le résultat serait une aggravation de la peur. C'est ce qui se passe lorsque les propriétaires cherchent à faire une immersion*. Cette thérapie n'est donc pas recommandée. (* Immersion action de plonger te chien brutalement dans un milieu) étranger.
  3. Règle N°3 : l'habituation se fait avec un animal calme, à l'intérieur de la maison.
  4. Règle N°4 : on ne peut habituer qu'à un seul stimulus* à la fois. Par exemple, pour un chien qui a peur des bruits de camions de poubelles, on enregistre avec un smartphone le bruit dans la rue. On mesure le nombre de décibels lors de cet enregistrement. Puis on fait écouter l'enregistrement de plus en plus fort, dans l'environnement familier, pour arriver au même nombre de décibels voire dépasser de quelques décibels le bruit original.

Les zones d'inconforts

Dans certaines zones le chien peut se trouver en situation d’inconfort :

  • ZONE VERTE : Le chien est à l'aise (exploration de l'environnement, queue levée, calme)
  • ZONE ORANGE : Le chien est vigilant (tête droite, queue baissée, alerte)
  • ZONE ROUGE : Le chien est terrorisé (oreilles basses, queue rabattue sous le corps...)

L'apprentissage

Les apprentissages sont indispensables au contrôle des peurs. Il s'agit des apprentissages agissants par renforcement positif (par récompense). Avant que le chien perçoive l'élément qui lui fait peur on le fait marcher au pied pour l'empêcher de s'intéresser à son environnement. On lui aura appris l'exercice auparavant bien évidemment. Le but est d'obtenir l'attention vers le maître et non vers l'environnement. Les séances d'apprentissage ne doivent pas dépasser 5 minutes, mais elles peuvent être répétées plusieurs fois dans une journée.

Activité physique : Chez les humains l'activité physique agit positivement sur les phobies et le stress. Les chiens peureux ou stressés ont besoin de se dépenser dans les lieux où ils seront à l'aise (sorties en forêts, dans les champs, à la campagne). Pour savoir si votre chien progresse dans sa thérapie qui doit venir à bout de ses peurs vous devez devenir « expert » dans ses émotions positives

Pour savoir si votre chien progresse dans sa thérapie qui doit venir à bout de ses peurs, vous devez devenir « expert » dans la reconnaissance de ses émotions positives :

Détecter et favoriser les émotions positives

  • Queue levée
  • Corps souple
  • Recherche d'interactions avec les humains
  • Exploration de l'environnement
Votre chien doit être détendu à l'intérieur de chez vous, il doit pouvoir jouer seul, venir vers vous, chercher des caresses ou des jeux. Vous devez pouvoir observer des périodes de sommeil profond où votre chien est détendu.

Conclusion

Il est normal que votre chien émette parfois des signes de peur à l’intérieur de votre domicile ou en extérieur mais cela ne doit pas nuire au bon déroulement de sa journée / ses sorties ni des interactions avec vous ou avec ses congénères. Si vous trouvez que votre chien reste anormalement dans son panier, ne s’approche pas de vous, ne veut pas jouer, redoute anormalement ses sorties ou fait régulièrement demi-tour en promenades, parlez-en à votre vétérinaire.

Les produits sélectionnés par notre rédacteur